Les Colombiers

 

Au Moyen- Âge le droit de posséder un colombier était réservé à la noblesse et au clergé.

 

Privilège très recherché, pour obtenir l’autorisation de sa construction, le demandeur devait posséder un domaine d’au moins cent arpents (*) de terre ou de bois.

 

L’importance du pigeonnier était liée à l’étendue du domaine. Il fallait trois arpents de terre pour abriter un couple de pigeons.

 

La forme primitive était une tour carrée avec la base en grés et briques pouvant servir de remise, surmontée d’un colombage garni de pisé.

 

Au XVIIème et XVIIIème siècle on édifia des tours rondes ou hexagonales en briques ou en pierres.

 

Ceux que l’on peut voir encore aujourd’hui au milieu de la cour de trois fermes du village et de styles différents ayant conservé leurs formes primitives.

 

(*) L’arpent de terre est une mesure agraire gauloise variant suivant les pays de 30ares à 50 ares.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Magifique Colombier de 1751.

Situé rue de l'Eglise

 

 

 

 

 

 

 

 

Colombier en briques.

Situé route de Beines.

 

 

 

 

 

 

 

Colombier en briques situé

dans le centre du village.