Villeselve mon Nom.

Villeselve provient de plusieurs associations de Noms:

 

En 1103 : In Villari Sylva.

En 1135 : Villeir Selve.

En 1136 : Villa Silva - Villaris Silva

En 1150 : de Villa Sylva v.

En 1250 : Villa la Sylva.

En 1362 : de Villare Silva alias Ville Serve.

En 1569 : Villeselve es bois de bayne

En 1630 : Villeserve.

 

Au XIV éme siècle : de villa serva - Silvacum villa.

C'est probablement au XVI éme siècle que Villeselve prend son nom.

Gentilé.

Il est admissible que les habitants du village sont Villeselvois.

Le Village.

Villeselve est situé à l'extrémité Nord-Est du département de l'Oise. Il touche à l'Aisne et à la Somme. Son territoire long et étroit s'étend entre les communes de Brouchy, Beaumont en Beine, Guivry, Berlancourt et Guiscard.

 

Le village est formé par deux rues principales le long desquelles sont groupés les habitations. Il est probable que le village s'étendait vers Brouchy. La position de l'église qui fut construite au milieu des habitations semble le confirmer. Plus tard les habitants se sont rapprochés du Prieuré qui offrait en temps de guerre un abri assuré derrière ses grands murs.

 

Le hameau de la Beinette situé autrefois à la limite de la forêt fut relié au village à la suite de constructions nouvelles.Longtemps isolé au milieu des bois et dépourvus de moyens faciles de communication avec les villages voisins, les habitants de Villeselve qui parlent naturellement le patois Picard ont conservés un accent trés particulier qui ne se retrouve pas dans la région.

 

Le territoire de Villeselve a été habité à une époque trés reculée. Bien que le nom de Villeselve, Villa in Sylva ( habitation dans la forêt) semble indiquer une origine Romaine,les nombreux débris trouvés sur l'ensemble du territoire attestent une origine celtique.

 

En 1830 presque la moitié du territoire 300 ha sur 690 était en forêt.

 

En 1843 notamment, lorqu'on défricha  les Grandes Beines, on mis à jour haches, silex et médailles.Le village a pris l'aspect des autres communes du canton de Guiscard. Deux fermes nouvelles , celle des grandes Beines et celle du parc à pourceaux ont été construites sur la partie défrichée qui se trouve au midi. 

 

En 1847 on mit à découvert les fondations de 12 à 15 maisons de l'époque Romaine. Vers la fin du IIIéme siècle, le chemin de Villeselve à Guiscard existait déjà. C'était une voie remarquable bordée de maisons romaines de forme carrée.

 

Certains on essayé de reconstituer le plan du village tel qu'il existait à l'époque de l'invasion franque. Le village se serait étendu vers Berlancourt, Collezy, Beaumont en Beine. C'est en 290 que les Francs détruisirent le village. Du IV ème au début du Xéme  siècle, les documents nous font défaut et ne permettre pas de retracer l'histoire du village.

 

C'est seulement à la fin du IXéme siècle que se situe à Villeseve l'origine du prieuré de Sainte Madeleine qui remonte à la même époque que la fondation de l'Abbaye de Vézelay. Le domaine de Villeselve fut donné par Gérard de Roussillon et sa femme aux religieux de Vézelay. Gérard de Roussillon comte de Bourgogne , l'un des plus puissants seigneurs de son temps. Sa piété était grande, en accord avec sa femme Berthe, il fonda plusieurs monastères, dont celui de Vézelay. Nous avons peu de renseignements sur les premières années du moastère de Villeselve dont les anciennes chartes ont conservé le nom s'appelait "Barthélémy" et dirigea le monastère de 1130 à 1135. Les débuts de la mise en route du prieuré furent difficiles. Il fallait dfricher avant de cultiver. Les habitants des environs, peu nombreux au début, affluèrent par la suite.

Ils furent attirés par les avantages que leur procuraient les moines. Ceux-ci leur fournissaient non seulement la nourriture, mais du bois pour se chauffer et construire leur chaumière. Ils pouvaient cultiver quelques parcelles de terre, mises à leur disposition.Au centre de l'Abbaye se trouvait la chapelle dédiée à Sainte Marie-Madeleine. Un vivier recueillait les eaux des ruisseaux voisins. Les moines pendant plusieurs siècles assurèrent l'instruction et l'éducation des enfants. En temps de guerre et d'invasion, la population venait chercher refuge au couvent à l'abri de ses grands murs et des souterrains permettaient de communiquer avec l'extérieur.

Moyennant tous ces avantages, les paysans de l'époque devaient payer un certain nombre de redevances et de droits pour l'entretien du monastère, des chemins, des bâtiments et lieux servant à assurer la vie quotidienne des habitants, tels que four à pain, moulin, pressoir, etc...Il arrivait parfois que les religieux collaborent avec les officiers de justice, procureurs, échevins pour résoudre les litiges, dans les questions de partage, vente, héritage,successions. La vie des habitants du village aurait pu s'écouler paisiblement s'il n'y avait pas eu les guerres, révolutions, occupation par l'ennemi de la région picarde, impôts royaux trop lourds. Les réjouissances ne manquaient pas, fêtes religieuses, foires, marchés, jeu d'arc dont l'origine remonte à 1621 attiraient des foules nombreuses.

 

Venons aux dernières étapes qui marquèrent Villeselve et ses environs.

En 1825 Monsieur Crespel fonde la première fabrique de sucre du département qui emploiera 240 ouvriers et produira 1835 150 000 Kilos de sucre. Incendiée en 1860 ne fut jamais reconstruite

.

Au cours de la guerre 1914-1918, Villeselve fut occupé pendant presque toute la guerre.

 

Puis il y eu la guerre 1939-1945.

 

Villeselve est aujourd'hui un petit village paisible de 391 habitants où il fait bon de vivre.