Le Drapeau de la Compagnie d'arc

de Villeselve.

La Compagnie d'Arc.

Nous ne connaissons pas la date de création de la Compagnie d'arc de Villeselve mais nous savons qu'il existait avant la période révolutionnaire puisque les jeux d'arc furent vendus à cette époque comme biens nationnaux.

Celui de Villeselve a été vendu en  pour 1075 livres au Sieur Larcanger le 9 juillet 1793.

 

Le 28 Août 1825 vingt six chevaliers se sont réunis sur la place du village pour procéder au tir à l'oiseau et réorganiser la compagnie d'arc de Villeselve.

 

Larcanger (fils), Legrand (père), Valentin Legrand, Dufrénoy, Grégoire Roussel, Laurent Fontaine, Claude Ponthieu, Isidore Arnaud, Honoré Berton, Pierre Louis Payart, Jean-François Fontaine, Honoré François Fontaine,Charles François Fontaine, Jean-Pierre Fontaine, Joseph Leroux, Claude Constant Ponthieu, Pierre Laurent Dupont, Armand Payart, Pierre Lucien Payart, Antoine Payart, Félicien Berton, Jean-Baptiste Lequeux, Honoré Berton (fils) Armand Bibaut, Constant Renaux, Pierre Beaupart (fils). 

 

Après avoir abattu l'oiseau les officiers sont désignés par le vote des chevaliers.

 

Roy : Isidore Arnaud.

Connétable : Capitaine Larcanger fils.

Porte Drapeau : Jean-François Fontaine.

Greffier : Pierre Louis Payart.

Sergent : Honoré Berton.

Porte-Bouquet : Valentin Legrand.

 

Messieurs Dufrenoy et Frédérique Margottet tous deux membres de la légion d'honneur ont la garde du drapeau de la compagnie.

 

En 1835 : Arrêt des activités de la compagnie.

 

En 1854 : Reprise des activités de la compagnie.

 

21 Chevaliers sont présents pour le tir à l'oiseau.

 

Daniel Butin, Constant Fontaine, Médéric Josse, François Devisot, Henri Fontaine, Alexis Fontaine, Albert Fontaine, Pierre Fontaine, Auguste Pollet, Pierre Pollet, Pollet Berton, Eugène Leleu, Etienne Loizel, Léon Berton, Maxime Fontaine, Rémy Lécuyer, Denis Payart, Adolphe Payart, Alphonse Payart, Lagente Tardieu, Constant Fontaine.

 

Roy : Constant Fontaine.

Connétable Capitaine : Adolphe Payart.

Lieutenant : Denis Payart.

Greffier : Maxime Fontaine.

Porte-Drapeau : Constant Fontaine.

 

En 1857 : Un nouveau Jeu d'arc est construit par la compagnie sur la place du Quesnoy.

 

5 Bouquets ont été offerts par la compagnie de Villeselve.

1828 - 1862 - 1892 - 1907 - 1954.

 

Le 21 Mai 1736 Villeselve tire le Bouquet Provincial. Il sera transporté à Baboeuf à la pluralité des voix.

 

 

Le Bouquet Provincial de 1907.

Les documents ne sont pas nombreux pour nous donner des détails de la cérémonie.

 

La chronique de Guiscard nous relate simplement la remise du Bouquet par la compagnie d'arc de Villeselve à la compagnie de Guiscard le 7 juillet 1907.

 

A 9h30 Messieurs Pingeot et Dallongeville commissaires de la fête organisaient le cortège.

 

Tambours, enseignes, drapeaux et banderolles. Toilettes blanches parées de myosotis et écharpes azur pour les jeunes filles de Guiscard.

 

Les jeunes filles de Villeselve portent sur la robe blanche l'écharpe verte en sautoir , et dans les cheveux des fleurs de pommier.

 

Elles présentent le bouquet qui, par sa riche ordonnance fait honneur au goût de celles qui l'ont choisi.

 

Discours de Mademoiselle Thérèse Loizel de Villeselve.

 

Discours de Mademoiselle Prestelle de Guiscard.

 

Discours de Monsieur Evariste Fontaine Capitaine de la compagnie de Villeselve qui rappelle les tournois chevaleresques et pacifiques des archers tenants de ces vieilles coutumes si pleines de grandeur et de noblesse.

 

Durant la messe Mr le Doyen de Guiscard assisté de Monsieur l'abbé Jodard curé de Villeselve, retrace les figures de St Sébastien et de Ste Agnès dont les gestes de martyrs incarnent la religion, la conscience, le devoir, toutes vertus inscrites dans la charte des archers. 

 

Après la cérémonie officielle, vin d'honneur, musiques et concert rafraîchi par une averse.

 

Les archers de Villeselve paradèrent au Bouquet de 1908 à Guiscard.

 

On relève dans les archives les noms des quêteurs pour l'organisation du bouquet : Melle Germaine Legrand, Melle Emma Fontaine, Mr Fontaine, Mr Berton, Mr Saluaux.

Remise du Vase en 1953.

 

 

 

Vase du Bouquet Provincial de Thiescourt remis à la Compagnie d'arc de Villeselve en 1953.

Le Bouquet Provincial de 1954.

Le 16 mai 1954, patronné par Le Parisien Libéré, la grande fête du Bouquet Provincial de Villeselve a remporté un magnifique succès. 

 

Quarante sept année se sont écoulées depuis le dernier Bouquet à Villeselve.

 

La tradition des archers conservateurs des vertus ancestrales, affirment la survivance du noble et du beau.

 

Apothéose de cette certitude, le Bouquet Provincial dont ce village était l'heureux bénéficiaire, apporte à l'esprit quelque lointain regret et donne au coeur une onde de fraîcheur dispensatrice de joie.

 

En applaudissant le somptueux cortège emmené par le roulements de tambour et les timbres des cuivres, les milliers de personnes massées tout au long du parcours exprimaient sincérement aux archers locaux et au 118 sociétés représentées leur satisfaction totale.

 

De plus il faut bien dire, car nous l'avons constaté ave un vif plaisir le visiteur a été réellement extasié de la métamorphose de cette bonne bourgade.

 

Seize arcs de triomphe minutieusement édifiés portaient les traditionnelles banderolles de bienvenue aux archers, aux visiteurs, aux jeunes filles, au clergé et aux autorités civiles.

 

En bordure des trottoirs, des branchages garnis de fleurs en papier bleues, jaunes, mauves, blanches, rouges et roses avaient transformé les rues en véritables avenues chatoyantes, les façades étaient fleuries et les grilles de jardins étaient enrubannées et pavoisées, le tout prêt à l'heure , avait su créer le véritable climat et l'indispensable air de fête que chacun, en silence, dans son coeur désirait.

 

La journée s'annonçait belle et radieuse, bien qu'un vent glacial et un ciel bas aient quelque peu inquiété les organisateurs et tous les Villeselvois.

 

Déjà à partir de sept heures , le service d'ordre , commandé par le chef de brigade de Guiscard, était en place, les rues commençaient à s'animer, les impétueux roulements de tambour, annonçaient chaque arrivée de délégation. Après le cérémonial d'usage, les inscriptions et le tirage au sort, les archers s'en allaient au tir sur cibles anglaises.

 

Pendant ce temps, Mr Cottart Maire de la commune et Mr Baudoin Capitaine de la compagnie organisatrice acceuillaient les personnalités du département.

 

Peu après à la faveur d'une courte cérémonie, un hommage était rendu aux glorieux morts de la commune.

 

A l'heure indiquée, les personnalités et les sociétés se rendirent au lieu de rassemblement où avec ordre et méthode à 10h00 précises le cortège s'ébranla pour la grande parade.

 

C'est à deux intrépides cavaliers ( Louis Houdard et Edmond Vandermeir) que revenait l'honneur d'ouvrir la marche aux tambours et à l'importante clique de la Vaillante d'Esmery Hallon, venaient ensuite les drapeaux des sociétés locales et le clergé conduit par Monseigneur Evrard ancien évêque de Meaux. 

 

En fraîches toilettes blanches surmontées d'écharpes ( vertes pour Villeselve bleues pour Thiescourt, suivant le gracieux essaim de deux cents jeunes filles encadrant les trophés et les bouquets.

 

Derrière les porteurs de fanions se succédaient l'harmonie de Noyon, Mr le sous Préfet de Compiègne, les parlementaires du département, les conseillers généraux, Mr Cottart Maire de Villeselve et son conseil municipal ainsi que de nombreuses personnalités.

 

Sous la conduite de Mr Ternynck Président de la Fédération Française et Président de la ronde de Chauny, le comité, les dignitaires de l'archerie, suivaient cette longue colonne tandis que la musique de Brouchy entraînait les 118 drapeaux et les représentants des compagnies.

 

Sur la place du Quesnoy, dans un cadre verdoyant, un autel gothique resplendissant était dressé en plein air.

 

Lentement, tandis que le cortège prend place dans l'immense quadrilataire, les 118 drapeaux s'alignent autour de l'enceinte formant un mur multicolore qui flotte au vent.

 

Les bouquets ont été disposés sur un pieddestal, drapé de riches étoffes.

 

Aux premiers rangs on remarque les personnalités, parmis lesquelles Mr le Sous-Préfet de Compiègne, Messieurs Bouquerel et Sené conseillers de la République, Messieurs Legendre, Prache et Patria députés, Mr Delahoutre ancien député de l'oise chef de cabinet de Mr Pierre Henri Teitgen, Mr Gérard de Berny ancien sénateur de la somme et connétable de la compagnie, Messieurs  Proisy et Granthomme Conseillers généraux, Mr Cottart Maire de Villeselve, Mr Ternynck Président de la Fédération Française de tir à l'arc, les Connétables, les Empereurs, les Rois, les Capitaines de compagnie.

 

Mr le Curé et Doyen de Guiscard( l'abbé Finet) assisté de Messieurs les curés  de Villeselve, Fréniches, Bussy et Crisolles, célébra la messe en l'absence de Monseigneur Roeder evêque de Beauvais, c'est à Monseigneur Evrard  ancien évêque de Meaux  qu'il appartient de prononcer le sermon d'usage et de retracer la vie et les étapes de l'archerie à travers les âges. En historien averti, il fait apparaitre, avec une vaste documentation, les grands tableaux de l'histoire qu'illustrent les exploits des archers.

 

A l'issue de la messe , Monsieur Maurice Houdard, lieutenant de la compagnie de Villeselve, prononce une allocution au cours de laquelle il déclare :

Les archers d'aujourd'hui ne sont-ils pas des descendants  des Francs archers qui jadis formaient l'élite des armées du Roi de France, quand les armes à feu firent leur apparition l'arc cessa d'être une arme de guerre et devient un sport populaire le noble jeu de l'arc. 

 

Les anciens archers se groupèrent en compagnie et adoptèrent un réglement dont les grandes lignes sont encore en vigueur aujourd'hui.

 

Le cérémonial et la courtoisie qui sont de rigueur lors des compétitions rappellent cette exquise politesse, qu'on se plaisait à reconnaître à la France d'autrefois.

 

Succédant au représentant des archers locaux Mr Ternynck Président de la Fédération Française de tir à l'arc déclare " Nous pouvons penser que la fête du bouquet provincial est une fête de traditions" . Elle est devenue à Villeselve une habitude. Elle fait partie  de la vie de la commune, jusqu'à ma connaissance c'est le 5éme Bouquet offert par la compagnie de Villeselve.

 

Ces fêtes eurent lieu en 1828 - 1862 - 1892 - 1907 et ce jour.

 

Je ne connais pas exactement la date de la création de la compagnie, mais je crois pouvoir affirmer que ce fut en 1825 donc il y a 139 ans.

 

Tandis que la foule se disperse, les personnalités et les invités se retrouvent pour assister au banquet.

 

C'est dans une ambiance de chaude camaraderie et d'amitié que se déroule les agapes.

 

Après ce repas, Mr Cottart prend la parole. Tout d'abord, il remercie les personalités présentes et toutes celles qui ont apporté leur concours pour la réussite de cette grandiose manifestation.

Vous avez parcouru dit-il les rues pavoisées de notre petit village, vous avez pu voir comme tous les habitants, qui ont la réputation d'être fiers de leur pays, ont oeuvré pour qu'il soit digne d'une pareille fête.

 

Vous avez pu voir ce magnifique cortège escortant nos bouquets, la grâce de nos jeunes filles, le défilé grandiose de nos drapeaux, l'éclat de notre cérémonie religieuse. 

 

J'ose espérer que vous emporterez un souvenir agréable de notre Bouquet de Villeselve.

Je ne voudrais pas terminer, sans vous dire combien ces jours derniers, j'ai eu chaud au coeur en voyant tous les habitants de ce pays, je dis tous , sans distinction d'opinion ou de classe, s'unir, s'entraider pour assurer la réussite de ce Bouquet, se serrer les coudes parce que l'honneur de leur petite patrie était en jeu.

 

Comme il serait souhaitable que dans toute la France, passe cet élan, ce souffle d'union et de solidarité que nous avons senti passer sur notre petit village.

 

Eh bien si nous le voulons, si nous faisons taire nos égoïsmes, nos rancoeurs, nos divisions, nos routines, si nous faisions preuve des vertus des archers d'antan, de même qu'après l'obscurité, l'angoisse de la nuit vient l'aube radieuse, de même qu'après la morne désespérance de l'hiver vient la splendeur du printemps, de même après ces jours de deuil, se lèveront pour notre patrie et pour nos enfants de magnifiques renouveaux.

 

Après les paroles de Mr Cottart, Monsieur Ternynck au nom de la fédération se lève pour remercier en quelques phrases trés sobres tous les assistants.

 

Mr Bouquerel sénateur, au nom des parlementaires de l'Oise exalte l'esprit qui a présidé aux manifestations de la matinée et à la cérémonie religieuse et retrace le grand  esprit de l'archerie. 

 

On y rencontre des sentiments d'amitié et de confiance. Les magnifiques vertus que vous incarnez, les traditions que vous maintenez sont un apport considérable pour l'union et la solidarité mais, pour nous qu'avons ce matin assisté à une manifestation à la mémoire des morts de Bien-Bien-Phu, c'est un symbole de n'avoir pu lier cette cérémonie avec celle du souvenir.

 

Nous terminons cette journée par cette manifestation d'humanité et de confiance, nous appuyant sur ces vertus Françaises d'honneur et fidélité, et le désir de travailler dans l'intérêt national.

 

Pour la population et les invités en liesse, des attractions avaient été prévus dans l'après-midi. Pendant que la foule s'assemblait autour de l'harmonie de Noyon et de la musique" La Vaillante" d'Esmery Hallon, pour applaudir des morceaux exécutés par ces deux brillantes phalanges, et que à l'issue de ces concerts le vaux-hall s'emplissait de couples de danseurs, les archers de leur côté se livraient à leurs traditionnelles parties de jardin et au tir sur cibles anglaises.

 

 

 

La Coupe du Bouquet Provincial.

 

Sur la Photo de Gauche à Droite.

 

Louis     BAUDOIN ; Georges SALUAUX ; Jacques GUERIN ; Louis HAMART ; Raphaël BEAUPART ; Armel BAUDOIN ; Jean ROY ; Raymond HAMART ; Maurice HOUDARD ; Kléber CLEMENT ; Edmond CAZE.

 

Porte Drapeau : Raphaël BEAUPART.

 

Filles d'Honneurs.

 

Marie Françoise LEGRAND et Monique ROY.

Le Vase du Bouquet Provincial.

 

Les Filles d'Honneurs.

 

De gauche à Droite.

 

Yvonne DUMINY ; Jeanne CARLIER ; Evelyne BUTIN ; Jeannine CARLIER ; Marie Madeleine MANIN. A suivre ... 

 

 

Liste des Compagnies participantes au Bouquet.

Liste des Compagnies.pdf
Document Adobe Acrobat 339.6 KB

Revue de Presse

Article du Parisien Libéré.pdf
Document Adobe Acrobat 1.5 MB

Photos du Bouquet Provincial de 1954.

La Compagnie d'arc en 1967.

Un des derniers tirs à l'Oiseau avant la mise en sommeil de la

Compagnie d'arc de Villeselve ainsi que la démolition du jeu

devenu caduque.

 

 

 

Aujourd'hui subsiste  le pas de Tir sud.